3.230.144.31         CPU usage
0..........50..........100

G a b y ' s   H o m e

THE CYBER ACADEMY

 01.01.2007   

Le Mythe des âges d'hier à demain

S'il est un mythe reconnu par de nombreuses sociétés humaines, c'est bien le mythe des âges. On en retient généralement que les noms et le symbolisme de la chute qu'il représente, au contraire de cela les historiens, les anthropologues et les passionnés d'histoire humaine utilisent le terme d'«âge» pour donner un aperçu de la croissance de l'homme en matière de techniques, notamment l'agriculture et l'industrie, sans pour autant croître en maturité.



«Je me souviens d'antan, je parcourais et battais les prairies d'Eme Rhod.»
(Le Projet d'Utopie).

Le mythe des âges tel qu'il est présenté possède trois parties : l'âge d'or, l'âge d'argent et l'âge de fer. L'age d'or est considéré comme une période de maturité et de grande connaissance d'une civilisation, ainsi que la maîtrise de ses techniques, de la culture et de la vie de ses gens, tant d'éléments que l'on attache habituellement au terme d'«Utopie», dans un lieu qui n'existe pas, mais aussi d'«Uchronie», dans un temps qui n'existe pas.
À l'évocation de grandes civilisations, on pensera tout d'abord aux réalisatrices de monuments telles les grandes merveilles, la Babylone des jardins suspendus, l'Égypte des pyramides ou encore la rencontre de plusieurs civilisations à Alexandrie d'Égypte qui fut réputée pour son phare et sa bibliothèque. On pourrait rapporter l'âge d'or à l'Atlantide en accordant crédit aux écrits de Platon, ou encore à la civilisation dite «perdue» de Mû dont on trouverai des traces à travers le monde : au Tibet, ou en Amérique centrale voire eu Moyen Orient, le symbole de la Svastika est trouvé comme symbole d'harmonie dans les frises, symbole réutilisé par Hitler en sens inverse. Adolf Hitler n'aurait sûrement pas nié l'existence d'une telle civilisation dont il fût sûrement inspiré pour ses théories sur les «ariens», des expéditions nazies au Tibet et le refuge de certains nazis en Amérique du Sud (Argentine notamment) semblent le confirmer. Mais ces civilisations sont aussi énigmatiques que leur disparition digne des dinosaures.
On retrouve l'idée de perversion dans l'âge suivant dans l'ordre de chute, cet âge serait la conséquence de mauvaises manières de penser ou d'utilisation des techniques comme cela arrive par une méconnaissance dans la façon de faire. Même si l'on ignore comment débute la chute (apprentissage mal fait, rivalités entre gens et peuples), le fait est que une fois la chute entamée, elle continue jusqu'à la disparition totale de la civilisation. Comme ça a été le cas pour les Aztèques et les Égyptiens par la succession de nombreuses dynasties ou de conflits avec l'extérieur (respectivement les Espagnols et les Grecs). Conflits caractéristiques de l'âge du fer, troisième et dernier du mythe, ce qui résulte de conflits et de guerres est bien souvent la ruine, même si 'lon considère la réussité économique de nombreux pays après la Seconde Guerre Mondiale, faite pour des raisons idéologique qu'il est necessaire de rappeler : l'Europe Occidentale a pu «remonter la pente» grâce aux USA, devenus riche par la vente d'armes... Mais le constat reste le même, après une guerre ou une chute épique dûe à des causes naturelles (l'Atlantide de Platon), les survivantsn'ont plus qu'une chose à faire : rebatir si faire se peut, mais comme chacun sait l'erreur est humaine et dure à oublier ôtant toute envie de recommencer.



«Ce n'est pas le marché prospère qui fait les bons salaires, mais les bons salaires qui font les marchés prospères.»
(Henry Ford)

Pourtant, c'est bien par la fin du mythe que l'histoire humaine semble commencer, car après la découverte de l'agriculture, vient l'âge du fer. Mais cette fois-ci, le nom ne vient plus de l'urtilisation de ce métal à des fins guerrières, mais plutôt à la découverte de l'utilisation de ce minerai pour fabriquer des ourtils remplaçant ceux faits de pierre au début de l'humanité. Une autre innovation succède avec le bronze, plus solide. Succède ensuite une période sans autre nom que l'Antiquité avec de nombreuses découvertes non moins importantes telles l'écriture, les villes, voire les systèmes politiques et sociaux.
L'utilisation du terme Moyen-Âge vient probablement du fait qu'il n'y a pas eu de découvertes nigrands changements à part dans l'art (roman et gothique), mais qu'il y ait eu quelques pertes (systèmes sociaux, urbanisme,...) par rapport au monde romain, ceci étant visible uniquement en occident.Le Moyen-Âge est donc un âge «intermédiaire» entre deux mondes, un ancien monde régenté par un empire, et un nouveau monde qui se découvre par sa petitesse (le «pari» de Christophe Colomb). La culture de ce dernier se dévéloppe, se communique et s'étend (l'imprimerie de Gutemberg). À cette période de Renaissance s'ajoute une époque de changements, de révolutions (Angleterre, États Unis d'Amérique et France).
Ces révolutions politiques sont suivies de près par l'âge industriel, qui connait plusieurs étapes, des révolutions menant de la fabrication de l'acier à celle des engins motorisés (voitures, avions,...). Puis en un temps de «[plusieures guerres meurtrières qui ont lieu en une vie humaine», vint une sorte d'adolescence avec différentes révolutions culturelles (communiste en Chine, Hippies aux USA et en occident).
On parle maintenant d'un âge de silicium pour caractériser notre époque, car la technologie gagnée grâce à une guerre (l'ordinateur) a un coeur de ... sable, depuis l'ampoule d'il y a 50 ans à la puce et l'écran d'aujourd'hui.



«J'avance avec l'assurance d'un somnanbule sur le chemin qu'a tracé pour moi la Providence»
(Adolf Hitler, le 14 Mars 1936)

Mais les techniques s'améliorent, en prospective, en science-fiction et en histoire, on aime penser à l'avenir. Là aussi on parle âge : adulte, peut-être pas, mais un avenir qui a plusieurs facettes : un âge de prosperité économique et culturelle (grâce à Internet), un âge de «chrome», brillant comme un véhicule de luxe mais sombre et «cyberpunk» (William Gibson), un âge de «diamant», où le diamant est bon marché grâce à la nanotechnologie, source d'une nouvelle révolution industrielle et sociale (L'âge de diamant, Neal Stephenson ; Aristoï, Walter John William). On parle en ces termes de ces nouveaux «âges d'or», métal qui n'a désormais plus aucune valeur.
Dans une nouvelle mythologie de mondes virtuels et d'êtres vivants artificiels, des tamagotchis aux robots-chiens, on a aussi trouvé des âges d'un autre genre, les univers de Myst et de Riven sont de ceux-là : Des Livres décrivent et établissent un lien entre des mondes, appelés Ages. Mais c'est une autre histoire...




Référence de livres

    • Le matin des magiciens Jacque Bergier et Louis Pauwells,
    • - Le continent perdu de Mù Informations non retrouvées
    • L'âge de diamant (ou le manuel d'éducation pour jeunes filles) Neal Stephenson, Rivage/Futur ed. Seuil, ISBN 2-7436-0063-2
    • Neuromancien William Gibson, J'ai Lu SF, ISBN 2-27-22325-5
    • Aristoï Walter John William, J'ai Lu SF, ISBN 2-27-23869-4
    • Myst : le livre d'Atrus Rand & Robyn Miller, J'ai Lu SF, ISBN 2-277-24110-5
    • Myst : le livre de Ti'ana Rand Miller & David Wingrove, J'ai Lu SF, ISBN 2-290-04455-5
    • Myst : Le livre de Dn'i Rand Miller & David Wingrove, J'ai Lu SF, ISBN 2-290-04987-5
    • (+ les jeux Myst et Riven)


Connection

Last Update : 05.08.2021

External Links
Gaby's Home
Gaby's Blog
Gaby's Mail

Internal Links
Index du site web
Cyber Academy
Dossiers
Incognito
Réseau Divin
Textes

Join Webmaster
Zone Privée

Visit No : 63848
For spam